Zéro Déchet

Zéro Déchet
Ambassadrice

samedi 24 mars 2018

LE guide de survie du Zerowasteur au supermarché

Viser la réduction des déchets ménagers s'appelle désormais le "pre-cycling": on agit en amont, avant que le déchet ne rentre chez soi. L'objectif est d'acheter les denrées en vrac, sans emballages ou alors avec ceux que l'on amène avec soi. C'est de plus en plus facile, car de nombreuses épiceries de vente au poids ou au litre ont vu le jour. On a désormais plus de choix.


Ou alors, il est toujours possible de mettre la main à la pâte et de touiller dans ses casseroles pour fabriquer soi-même les céréales du petit déjeuner, le pain sans gluten, les conserves, mais aussi les savons, les crèmes cosmétiques, le dentifrice, le shampoing, le déodorant, etc. C'est le règne du Do-It-Yourself ou DIY: là aussi, de nombreuses possibilités existent pour apprendre à confectionner ses produits ménagers ou cosmétiques. Il y a des cours, des ateliers (Universités populaires, associations diverses comme ZeroWaste Switzerland, épiceries en vrac), il y a aussi des livres et... internet. J'y ai puisé beaucoup d'informations du temps où, aux yeux de mes proches, je passais - au mieux - pour une sorcière, au pire pour une folle qui fabrique sa crème de jour! J'ai beaucoup appris, accumulé des expériences, des ratés, et je me suis bien amusée! Le plaisir de touiller est resté et j'ai beaucoup épuré ma pratique.

Reste quelques articles qui ne se trouvent pas (encore) en vrac, nulle part. A moins de commander sur internet. Mais internet, cela ne veut pas dire "sans déchet", loin de là. Alors parfois, je dois me rendre dans un supermarché.

"Vade retro, Satanas!" Voilà le mantra que je me répète à chaque fois que j'empoigne mon panier pour aller à la Coop ou à la Migros (car je boycotte depuis toujours les hard-discouters pour des raisons sociales). Pourquoi avoir besoin d'un mantra? Pour me rappeler que je suis la cible des marketeurs très bien rodés qui visent le moindre moment de faiblesse de la part des clients un peu égarés ou distraits. Ce qu'ils tentent de susciter tout au long de la visite, ce sont les achats spontanés. La FRC a fait le calcul: sans discipline, le consommateur moyen achète entre 30 et 60% d'achats non prévus! C'est ENORME! Comment s'y prennent-ils? Les moyens sont multiples...
... promotions... actions... multi-packs... couleurs... gadgets inclus... odeurs diffusées en douce... nouveautés... placement à hauteur des yeux... emballages dans l'air du temps... disposition dans le magasin... etc... etc...

Voilà pourquoi j'ai eu l'idée de créer ce Guide de survie du Zerowasteur au supermarché, en12 étapes. Comme Hercule et ses douze travaux, se rendre dans ces temples de l'hyper consommation n'est pas une sinécure! Cela demande de l'astuce, de la persévérance, de la concentration et... des muscles!